Introduction au journal de Rhéa

You are currently viewing Introduction au journal de Rhéa

C’est avec beaucoup de plaisir que je décide de prendre la plume virtuelle, pour vous emmener avec moi dans une toute nouvelle aventure basée sur la confiance, l’écoute et le plaisir simple, partagé entre deux espèces, l’humain et l’équin.

L’idée de ce nouveau projet m’est venu alors que je décidais de me fixer un nouvel objectif avec Rhéa. 

Mais revenons un peu en arrière dans le temps…

Il y a environ 8 mois, je prenais la décision difficile de stopper le travail avec Rhéa. L’année que nous venions de vivre avait été très éprouvante pour nous deux, autant sur le point physique que psychologique. Ma relation avec elle étant plus importante, à mes yeux, que n’importe quel résultat sportif, je préférais donc la mettre en pré-retraite plutôt que de lui faire subir un panel d’examens médicaux qui m’auraient sûrement conforté dans mes idées. 

Il faut savoir que Rhéa n’a jamais été une grande adepte du travail avec l’humain, quel qu’il soit. Elle faisait, parce qu’elle est gentille, mais sans grande conviction et avec une patience ultra limitée. De plus, son passé sportif, qui avait sûrement dû être un peu violent, n’avait pas aidé cette jument à prendre les moments passés avec les humains, de manière sereine. 

Arrivée à 15 ans, la jument exprimait de plus en plus son mal-être dans le travail. J’avais beau tenter d’être la plus douce, la plus compréhensive, la plus délicate, rien n’y faisait. Couplé à cela, des douleurs qu’elle se créait à force de crispation… 

J’ai longtemps voulu trouver des solutions pour lui faire prendre conscience que les choses pouvaient changer, mais je cherchais peut-être à aller contre sa nature ? Elle était tellement capable de très belles choses quand elle décidait de sortir de sa coquille. Et puis, elle a une capacité d’apprentissage incroyable.

Mais ce fonctionnement, au fond de moi, me frustrait. Ce n’était pas ainsi que j’avais envie d’envisager la relation avec elle. J’étais aveuglé par mon propre ego (le besoin de réussir), que j’en oubliais notre ressenti, à toutes les deux.

Ce fut donc dans ces circonstances que je pris la décision de la mettre en pré-retraite (oui, je n’arrive pas à me dire que je la mets en retraite.). Mais pas pour la mettre de côté. Non, je ne veux pas l’oublier dans son champ et venir la voir histoire de me donner bonne conscience. Pas après tout ce que nous avons fait, pas après tout ce qu’elle a pu me donner, surtout quand on connaît son « amour » pour le travail.

Mais qu'est-ce donc que ce projet?

Vous l’aurez bien compris, il aura la forme d’un journal.

Mais un journal de quoi?

Celui de mon nouvel objectif avec ma jument noire : atteindre le mythe du centaure avec elle. Oui oui, rien que cela! Avec un équidé qui n’est content de voir les humains que quand ils ont à manger avec eux. 

Ce qui m’intéresse avant tout, c’est d’obtenir une véritable acceptation de sa part, qu’elle me donne parce qu’elle a véritablement envie et non parce que je la contrains. De ce fait, mon travail s’effectuera en liberté ou seulement avec une cordelette. 

Le journal permettra de consigner l’ensemble de nos séances, nos évolutions, nos rechutes, nos stagnations. Mais aussi mes remises en question, mes idées, mes joies, mes peines, bref, la partie émotionnelle qui joue, ne nous le cachons pas, un rôle important dans notre relation avec les chevaux. 

L’idée sera donc de réussir à réaliser des exercices en liberté totale tels que le pas espagnol, le cercle, ou encore le couché. Et si elle accepte, pourquoi pas quelques exercices montés, mais bien sûr, pas sans être sûr de son bien-être physique.

J’essayerais, bien évidemment de faire le plus possible d’images, photos et vidéos, cela est souvent plus parlant et sympathique.

Disclaimer et inspirations.

  • Disclaimer:

Rhéa est une jument qui a 16 ans, elle a donc pas mal travaillé et connaît pas mal de chose même en travail à pied. Je vais donc m’appuyer dessus pour façonner nos séances. On ne va pas se le cacher, cela aidera grandement surtout sur un cheval en liberté. 

Par contre, si j’arrive à atteindre mon objectif, je ne serais pas contre tenter l’expérience avec un cheval n’ayant jamais travaillé. 

Je me mets un objectif en terme de temps : je me donne 1 année. Pourquoi ce choix ? Juste pour me motiver et ne pas lâcher entre-temps. Dans un an, je ferais le bilan, que l’objectif soit réussi ou pas.

Il y aura un article spécialement dédié aux objectifs et à mon organisation de ceux-ci, en rapport avec mon rythme de vie et mes contraintes. Je vous mettrais le lien directement ici et il sera disponible sinon sur le blog.

  • Inspirations:

Je ne pars pas dans cet objectif sans un minimum de connaissances théoriques et pratiques. J’avoue même, garder précieusement mes formations pour m’y replonger si j’ai un doute. 

La première inspiration est l’Académie Bienveillante du Cheval de Marie Madec. J’ai suivi le cursus en un an en 2020 et j’ai vu de nets progrès avec Thor, mon second cheval. Je vais donc reprendre pas mal d’outils avec Rhéa.

La seconde inspiration est la formation en ligne de Pauline Beulze. Cette dernière est plus axée sur de la pratique d’exercice et une connaissance accrue en matière d’éthologie. Je trouve qu’elle complète bien la formation de Marie Madec et vice-versa.

Et bien sûr, mes expériences passées ainsi que mes formations de terrains tout comme celles que je vais pouvoir faire dans les mois à venir.

Tous les liens de ces formations seront disponibles aussi dans l’article sur les objectifs. Sachez que je n’ai aucun lien affilié, je suis juste élève chez elles et vous les recommandes, car je n’ai aucunement étais déçue de ces formations.

Conclusion.

Voilà donc ce que je vous réserve pour les prochains mois, en plus de la newsletter qui reprend du service.

Bien évidemment, je vous tiendrais au courant des articles du journal via les réseaux sociaux. Et même, si vous souhaitez certains formats pour les échanges, je reste à l’écoute de vos suggestions. Si cela peut vous intéresser de participer à mon challenge perso de votre côté, je suis entièrement pour que nous puissions échanger ensemble régulièrement pour s’entraider et se motiver. 

J’ai vraiment hâte de commencer à vous raconter tout cela.

A très vite!

Crédit photo: Jessy Seidler Photography

Laisser un commentaire