Longer à l’obstacle

Pré-requis

  • Le cheval est capable d’être longé aux trois allures. 

ATTENTION: Cet exercice à la particularité qu’il vous présente l’obstacle à la longe. C’est donc un exercice à adapter à sa guise.

But de la séance

  • Permet d’initier et perfectionner le travail à l’obstacle sans la gêne du cavalier.
  • Apprendre à aiguiser son regard sur l’abord, la phase ascendante et descendante du saut.
  • Diriger son cheval à la longe.

Organisation de la séance

La séance dure environs 20 min.

Elle se commence par une phase de détente puis de passage sur les sauts.

Dispositif

  • Une carrière sur laquelle sera installé, au préalable, les obstacles à passer.

Comment savoir si ma séance a été efficace?

  • Le cheval a passé calmement les obstacles.
  • Le cheval a évolué dans son travail tout au long de la séance.

Déroulement de la séance

Détente

  • Longer son cheval aux deux mains et aux trois allures.
  • Le cheval doit être calme, à l’écoute des demandes du longeur.
  • Si vous avez l’habitude de longer votre cheval avec un enrênement, vous pouvez lui mettre sur cette partie, mais bien penser à l’enlever pour la sauter.
  • Ne pas excéder 5 min à chaque main (cela peut sembler très court.). Mais pour éviter de longer trop longtemps le cheval.
  • Préférer un très grand cercle plutôt qu’un petit (sauf pour question de sécurité), mais afin de préserver les articulations de votre cheval (surtout si vous le longer plus d’une fois par semaine). 

Travail sur les barres

  • Deux possibilités s’offrent à vous :
  • 1 – L‘obstacle est sur une ligne droite et vous allez diriger votre cheval dessus.
  • 2 – L‘obstacle est sur votre cercle et votre cheval devra le passer à chaque fois. 
  • Il peut être intéressant de varier les deux exercices, si vous souhaitez faire plusieurs séances ainsi. 
  • Dans les deux cas, il est important de bien gérer la vitesse de son cheval en amont. Mais aussi, d’être sûr d’avoir la direction.
    Il faut que la longe reste fluide, tendu, mais pas à tirer sur son cheval. Le cheval doit être capable de rester sur sa trajectoire sans chercher à partir sur l’épaule extérieure ou intérieure.
  • À l’abord de l’obstacle, ne pas modifier sa pression sur la longe. Faire attention que cette dernière ne puisse pas se prendre dans quoique ce soit (au risque que le cheval ne veuille plus sauter par la suite).
    L’accompagner avec son bras et chercher à conserver la même cadence une fois le saut effectué.
  • Si, on a le sentiment que le cheval prend mal sa foulée d’appel, ne pas hésiter à varier la cadence du galop ou du trot, pour tenter un meilleur abord. 
  • Si le cheval a tendance à accélérer une fois l’obstacle passé, ne pas hésiter à travailler plutôt sur le cercle avant de passer sur la ligne droite. Cela va lui apprendre naturellement et sans contrainte à rester calme à la réception.
  • Ne surtout pas mettre de pression dans la bouche avant et après l’obstacle. Juste s’assurer de la direction et conserver l’allure à l’abord avec la voix et la chambrière derrière, 
  • Ne pas faire claquer la chambrière à l’abord, au risque de stresser le cheval par la suite. Si le cheval n’est pas dans la bonne cadence 2 foulées avant l’obstacle, ne pas chercher à rectifier.
  • Travailler l’allure loin de l’obstacle, au risque de le mettre à la faute et le bloquer, par la suite.

Récapitulatif de la séance

Laisser un commentaire