Transitions inter-allures complexes, avec précision

Ce qu'il faut savoir faire pour suivre cet exercice.

  • Pouvoir demander des transitions complexes arrêt-trot-pas -galop, à son cheval.
  • Pouvoir le diriger.

Ce que tu vas savoir faire grâce à cet exercice

  • Savoir faire des transitions arrêt trot et pas galop en des points précis.

Comment savoir si l'objectif de la séance a été atteind ?

  • Mon cheval réalise les transitions inter-allures complexes à ma demande et de manière précise en un espace définit au préalable.

Organisation de la séance de travail

La séance s’organise entre 20 min et 45 min.

Elle se compose :

  • Une détente
  • 1er exercice
  • 2nd exercice
  • Retour au calme

Elle se réalise dans une aire de travail délimitée.

Matériels pour l'exercice

Plots, barres pour matérialiser les espaces de transitions.

Notions importantes pour l'exercice

Transitions : passage d’une allure à une autre ou dans une même allure, changement de cadence et/ou d’amplitude.

Rectitude : le cheval est droit quand l’épaule gauche et la hanche gauche, l’épaule droite et la hanche droite, sont placée sur des lignes parallèles.

Note sur la séance

Le but de la séance est de faire gagner en précision et en équilibre le couple cavalier-cheval.

Elle permet de commencer à préparer les figures de dressage, mais aussi à permettre un travail plus en subtilité.

Déroulement de la séance

Détente

Pouvoir mobiliser sa monture sur des transitions simples aux 3 allures, en ligne droite

Exercices à réaliser

Aux 3 allures, et sur les longueurs de l’aire de travail, réaliser des transitions simples, à volonté. Bien préparer les espaces de transitions, ne pas surprendre le cheval par sa demande. Réaliser les transitions sur les lignes droites et les incorporer entre des figures de manèges.

Observables du cheval

  • Cheval détendu, qui vient répondre à la demande du cavalier sans se crisper ni se bloquer.
  • Réactif, mais pas dans le stress.
  • À l’écoute de son cavalier et de ses aides

Observables du cavalier

  • Rênes tendues, cavaliers empilés verticalement.
  • Le cavalier préparer en avance sa demande pour ne pas surprendre le cheval.
  • Il varie le plus possible les transitions ainsi que les figures.

Aides du cavalier

Demande avec l’assiette puis avec les jambes, puis les mains. Demande avec des aides symétriques, regard haut, cavalier empilé verticalement.

Premier exercice

Pouvoir mobiliser sa monture lors de transition simple, trot, pas, arrêt, en ligne droite et point précis

Exercices à réaliser

Sur la ligne du milieu, venir réaliser des transitions trot-pas-arrêt puis arrêt – pas-trot, en des points précis.

Comment bien réaliser l'exercice?

  • Matérialiser les espaces de changement d’allure avec des plots et, si besoin, la ligne du milieu avec des barres.
  • Venir dans un trot actif mais pas précipité, sur la ligne du milieu.
  • Préparer sa demande puis passer au pas, ensuite, après quelques foulées, passer à l’arrêt.
  • Attendre quelques secondes avant de revenir au pas puis ensuite au trot.

Observables du cheval

  • Le cheval est droit, dans une allure active mais pas précipitée.
  • Il est fixe dans son bout de devant. Il ne cherche pas à fuir la main ni la jambe du cavalier.
  • Il est à l’écoute de ce dernier dans les transitions, il ne les précède pas et ne cherche pas à résister non plus à la demande.

Observables du cavalier

  • Le cavalier est droit sur son cheval, descendu dans sa selle, mais aussi dans ses jambes.
  • Il est fixe dans l’ensemble de son corps.
  • Il prépare sa demande en essayant d’être le plus discret dans ses aides.

Aides du cavalier

  • Le cavalier se redresse dans les transitions.
  • Il met du poids sur l’arrière-main de son cheval dans les transitions descendantes et cherche à laisser passer son cheval dans l’avant-main dans les transitions montantes.
  • Les mains sont présentes, mais ne tirent pas sur les rênes.
  • Les jambes agissent pour demander l’impulsion, mais pas la précipitation. Elles n’agissent qu’au besoin, mais pas pour maintenir l’allure.

Que faire si le cheval ne donne pas les réponses attendues?

Les mains n’interviennent que si le cheval ne semble pas vouloir passer à l’allure inférieure. D’abord, le cavalier se grandit et ensuite, il ferme ses doigts sur les rênes puis agit en pression si besoin. Pour les transitions montantes, il faut bien utiliser les jambes, pression crescendo et utiliser le stick avec les jambes si le cheval ne répond pas aux jambes. Le stick comme les mains ne doivent pas être utilisé à chaque transition, ils ne doivent être qu’une aide pour la compréhension du cheval, pas une banalisation dans la demande.

Second exercice

Pouvoir réaliser des transitions inter-allure complexe, en ligne droite et en des points précis.

Exercices à réaliser

Sur la ligne du milieu, venir réaliser des transitions trot-arrêt-trot puis pas – galops – pas, en des points précis.

Comment bien réaliser l'exercice?

  • Matérialiser les espaces de changement d’allure avec des plots et, si besoin la ligne du milieu avec des barres.
  • Venir tantôt au trot, tantôt au galop, à chaque main, puis réaliser une transition complexe, le plus précisément possible.
  • Passage au pas, quand on est au galop, puis reprendre le galop.
  • Passage à l’arrêt, quand on est au trot, puis reprendre le trot.

Observables du cheval

  • Le cheval est droit, dans une allure active mais pas précipitée.
  • Il est fixe dans son bout de devant. Il ne cherche pas à fuir la main ni la jambe du cavalier.
  • Il est à l’écoute de ce dernier dans les transitions, il ne les précède pas et ne cherche pas à résister non plus à la demande.
  • Attention à ce que le cheval ne se bloque pas dans les transitions où ne viennent pas monter en stress sur des demandes trop dure.

Observables du cavalier

  • Le cavalier est droit sur son cheval, descendu dans sa selle, mais aussi dans ses jambes.
  • Il est fixe dans l’ensemble de son corps.
  • Il prépare sa demande en essayant d’être le plus discret dans ses aides. Le cavalier doit se grandir très fort dans ses transitions descendantes et bien penser à être le plus bref possible dans ses actions.
  • Une fois la transition amorcée, il relâche ses demandes pour laisser passer le cheval devant lui, même dans des transitions descendantes.

Aides du cavalier

  • Le cavalier se redresse dans les transitions.
  • Il met du poids sur l’arrière-main de son cheval dans les transitions descendantes et cherche à laisser passer son cheval dans l’avant-main dans les transitions montantes.
  • Les mains sont présentes, mais ne tirent pas sur les rênes. Les jambes agissent pour demander l’impulsion, mais pas la précipitation.
  • Elles n’agissent qu’au besoin, mais pas pour maintenir l’allure. Les mains doivent toujours être devant, vers la bouche du cheval, sans jamais bloquer ce dernier même dans les transitions descendantes.
  • Il doit mettre le plus de poids possible sur l’arrière-main en étant le plus en arrière possible et le plus assis possible dans sa selle, surtout lors de ses transitions.

Que faire si le cheval ne donne pas les réponses attendues?

Si le cheval est trop « coulant » dans ses transitions, c’est que le cavalier n’est pas assez clair dans ses demandes et ne permet pas à son cheval d’être assez en équilibre sur ses quatre membres, ou, au mieux, sur l’arrière-main, pour les réaliser. Attention à ne pas confondre clarté et dureté. Il faut être net, précis, mais ne pas tirer ou piquer pus d’un microlième de seconde. C’est grâce à cette brièveté dans les demandes que le cheval sera ensuite apte à répondre à des aides très légères par la suite (mouvement du bassin ou blocage du bassin). Ne pas chercher à aller contre son cheval, mais avec lui dans le mouvement, même si ce dernier ne part pas dans l’allure voulue et garder à l’esprit qu’une mauvaise réponse de sa part est sans doute une incompréhension de notre demande.

Fin de séance

Exercices

  • Au pas, rênes longues, le cheval s’étend le plus possible

But recherché

  • Décontraction du couple cavalier-cheval.

Récapitulatif de la séance

Laisser un commentaire