Variation de l’amplitude des foulées.

Pré-requis

  • Savoir passer une barre au sol ou cavaletti.
  • Avoir un contrôle du galop, pouvoir le raccourcir ou le rallonger à volonté.

But de la séance

  • Prendre conscience de la différence entre la cadence et l’amplitude. 
  • Être capable de gérer l’amplitude des foulées entre deux obstacles.
  • Être capable de réagir dans une ligne d’obstacle isolé.

Organisation de la séance

  • LA SÉANCE SE DÉROULE ENTRE 20 MIN ET 40 MIN MAXIMUM.
  • ELLE SE DÉROULE EN 4 ÉTAPES : LA DÉTENTE, SUIVI DE 2 EXERCICES ET UNE CESSION DE REMISE AU CALME.
  • Il est préférable d’avoir une grande longueur dans laquelle il sera possible de monter des obstacles ou poser des barres au sol.

Dispositif

  • Trois barres à mettre au sol pour la détente
  • Barres pour créer quatre barres au sol ou quatre cavaletti.

Comment savoir si ma séance a été efficace?

  • J’arrive à ressentir quand mon cheval change l’amplitude de ses foulées (que cela soit demandé ou non).
  • Je suis capable de gérer le nombre de foulées dans une ligne d’obstacle ou de barres au sol.
  • Mon cheval reste à l’écoute et ne change pas l’amplitude de son galop.

Déroulement de la séance

Détente

  • La détente va permettre de gymnastique son cheval aux trois allures, mais aussi de commencer à travailler sur des barres au sol.
  • Elle va permettre aussi de commencer à prendre conscience de la cadence et de l’amplitude de son cheval.
  • Au pas, au trot et au galop, détendre son cheval sur des lignes droites et de grands cercles.
  • Chercher à faire des transitions entre les allures, mais aussi sur les allures. Faire avancer son cheval sur les lignes droites et raccourcir les allures sur les largeurs.
  • Chercher à bien contrôler la « vitesse » de son cheval, quelle que soit l’allure.
    Le cheval doit rester calme, ne pas se bloquer dans les allures. Le cavalier doit être détendu, clair dans ses demandes et bien penser à sa demande avant de la faire.À la fin
  • la détente, commencer à venir passer un cavaletti, au trot et au galop pour amorcer le travail sur les
  • Mais aussi venir sur les barres au sol, au trot, pour bien commencer à ressentir la poussée du cheval et chercher à comprendre l’amplitude de base de son cheval/Poney.

ATTENTION : l’écart entre les barres dépend de votre cheval/poney. MAIS AUSSI, faire attention de ne venir QUE au trot dessus.
La distance entre les barres est de 1,20M à 1,40M (1M = un grand pas pour un humain de 1M65).

  • Si votre cheval/poney semble toujours précipiter pour passer les barres où marcher dessus, vous pouvez essayer de raccourcir ou rallonger la distance.
  • N’hésitez pas à noter quand vous avez trouvé la distance qui semble facile pour votre équidé (même en pas, de votre part) vous pourriez en avoir besoin pour la suite. 

Premier exercice

  • Le but de l’exercice sera de prendre conscience de l’amplitude « normal » de son cheval sur une ligne de deux cavaletti, au galop.
  • L’importance de l’exercice est le ressenti du cavalier, mais aussi la maîtrise qu’il peut avoir de l’amplitude de son cheval. (le fait que ce dernier n’accélère pas ou ne décélère pas entre deux obstacles.)
  • L’exercice se réalise en équilibre sur les étriers. Le cavalier doit être proche de sa selle, le regard loin et le dos droit. Les rênes doivent être égales et de préférence tendues, mais pas tirées.
  • Pour se faire, deux obstacles (ou barres au sol) vont être placés à 5 foulées de distance.
    5 foulées cheval : 21M
    5 foulées poney : 18M environs
  • L’avantage de 5 foulées et que cela permet au cheval de s’installer dans son galop (la hauteur de l’obstacle ne sert à rien dans cet exercice, d’où le fait de ne pas mettre plus de 50 cm de hauteur, voir juste une barre au sol.).
  • Attention, si le cheval accélère très fort sur la ligne et que vous perdez le contrôle, ne pas aller plus loin dans l’exercice.
  • Bientôt, il y aura un exercice spécialement pour apprendre à ne pas se faire embarquer dans une ligne.
  • Si votre cheval reste calme, pensez à bien compter les foulées entre les deux obstacles. Dans un premier temps, ne pas chercher à intervenir sur le nombre de foulées. Chercher le ressenti et bien prendre conscience si le cheval accélère, décélère ou reste constant.
  • Une fois cela fait, chercher à garder le cheval constant dans ses foulées. Attention à ne pas le pousser ou ne pas le ralentir en tirant sur les rênes, par exemple. Le but est bien de reproduire le même nombre de foulées, au galop, dans la ligne, plusieurs fois de suite et en venant aux deux mains.
  • Venir sur l’exercice suivant quand celui-ci semble bien compris et assimilé par le cavalier et le cheval.

Second exercice

  • L’exercice va permettre de commencer à prendre le contrôle de l’amplitude en choisissant le nombre de foulées que l’on souhaite mettre entre deux obstacles.
  • Dans certains cas, il est parfois possible de décider si on fera X nombre de foulées longues ou X nombre de foulées courtes. Cet exercice va permettre de commencer à contrôler et piloter votre décision.

IMPORTANT : l’important est de ne pas changer l’amplitude des foulées dans une ligne (au risque de louper son abord et de faire une faute sur l’obstacle). La régularité de l’amplitude et de la cadence est donc primordiale.

  • Garder la ligne de cinq foulées de l’exercice précédent et réaliser une autre ligne parallèle, plus courte. ( pour se faire, enlever 1M voire 2 ).
  • L’idée est de : soit mettre 4 foulées dans cette ligne, soit mettre 5 petites foulées dedans. Le mieux, pour l’exercice, est de mettre 5 petites foulées.
  • Toujours en équilibre, venir sur la ligne est conserver la cadence pour passer les deux obstacles.
  • Pour s’assurer d’avoir la bonne amplitude dans la ligne, venir sur un galop plus raccourci avant de passer le premier obstacle, conserver ce galop jusqu’au second obstacle.
  • Pour raccourcir le galop, se grandir, et chercher à ralentir l’allure.
  • Attention à ne pas bloquer le galop en tirant sur la bouche et en empêchant le mouvement de balancier de l’encolure (le cheval risque de repasser au trot.). Au besoin, descendre dans sa selle et utiliser son bassin pour ralentir son cheval, dans son dos.
  • Pour le faire prendre une amplitude plus grande, avancer les mains et mettre les jambes tout en accompagnant bien avec son bassin.
  • L’exercice est réussi quand le cheval arrive à bien faire cinq foulées dans les deux lignes sans heurt et dans la souplesse et la décontraction.

Fin de séance

  • Revenir au calme.
  • Sur de grands cercles, au pas et au trot, laisser le cheval étendre son encolure. 
  • Le travail de l’amplitude fait travailler les abdos et le dos du cheval, il est important de bien prendre le temps de le détendre à ce niveau pour éviter courbatures et autres maux.

Récapitulatif de la séance

Laisser un commentaire